موقع فدرالية جمعيات أولياء التلاميذ

موقع يهتم بانشغالات أولياء التلاميذ

اهلا وسهلا بضيوفنا الكرام فليكن شعارنا جميعا : فلنتجند من أجل منظومة تربوية أصيلة وعصرية ندعو الجميع لاثراء منتدانا بالمواضيع البناءة و الاقتراحات الهادفة بعض المقتفات من القانون التوجيهي الخاص بالتربية وهي:المادة 94: يقوم الأولياء في إطار التكامل بين الأسرة والمدرسة بمتابعة تمدرس أبنائهم والمواظبة عليه المادة 95: يجب على المؤسسة اطلاع الأولياء قصد تمكينهم من أداء الدور المطلوب منهم خاصة على ما يلي : - جدول التوقيت المقرر للتلاميذ والتغييرات التي قد تدخل عليه. - التغيبات والتأخرات والسلوكات التي تسجل عليهم - النتائج المدرسية التي يتحصلون عليها خلال عمليات التقييم التي تجرى عليهم. - برمجة النشاطات الثقافية والرياضية والترفيهية التي تنظم في فائدتهم. المادة 96: تنظم المؤسسة لقاءات دورية بين الأولياء والمعلمين والأساتذة هدفها إقامة حوار مباشر بين المدرسة والأسرة, وتلتزم الأطراف المذكورة بالمشاركة فيها بما يخدم مصلحة التلاميذ ويرفع المردود المدرسي. المادة 98: تبادر إدارة المؤسسة إلى اتخاذ التدابير اللازمة لتسهيل إنشاء جمعية أولياء التلاميذ باعتبارها الإطار المفضل للربط بين الأسرة والمدرسة وتدعيم العلاقة بينهما. المادة 99: تساهم جمعية أولياء التلاميذ في إطار الأحكام القانونية والتعليمية السارية في تقديم الدعم المعنوي والمادي للمؤسسة. المادة 101: تشارك جمعية أولياء التلاميذ في المساعدة المعنوية للمؤسسة على معالجة المعضلات وتذليل الصعوبات التي قد تحول دون مزاولة التلاميذ لأنشطتهم المدرسية بصفة طبيعية

Cours particuliers : entre business et chantage

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

1 Cours particuliers : entre business et chantage في الجمعة أكتوبر 25, 2013 7:57 pm


Alors que le ministre de l’Education nationale a promis d’interdire bientôt les cours particuliers, les parents en profitent pour dénoncer les pratiques douteuses de certains enseignants   .                

«Si je refuse d’inscrire mon fils aux cours particuliers de son prof, je sais d’avance que l’enseignant le saquera dans ses notes, même si je suis persuadé que son niveau est correct et que ces cours ne lui apporteront rien. Ce chantage, tous les parents le subissent et personne ne peut déroger à cette règle.» Malika, fonctionnaire, a son fils en deuxième année secondaire. Elle dit vouloir le préparer au bac le plus tôt possible mais se sent «prise en otage» par les enseignants.  Zahia, quant à elle, débourse 2500 DA chaque mois pour quatre cours de soutien de physique le samedi. Elle sait aussi qu’elle devra payer plus cher à partir du mois d’avril, soit quelques semaines avant les compositions. Si elle confie se plier volontairement au «chantage» des enseignants, c’est pour que son fils décroche son bac. «Mon fils a doublé. Je veux qu’il passe à tout prix», témoigne Zahia.
Pour cela, elle ne lésine pas sur les moyens. «Il est scolarisé dans un lycée dans l’un des quartiers les plus chics d’Alger. Je suis obligée de suivre les autres parents et d’offrir aussi aux enseignants des cadeaux, des parfums et des bouteilles de vin. Plus la matière a un coefficient élevé, plus le cadeau est de valeur.» «Parfois, on arrive à des sommes de plus de 25 000 DA ! Mais le résultat est garanti : lors du cours privé, le sujet de composition est donné et, parfois, on leur donne même la solution.» «Nous sommes obligés de suivre la majorité, même si nous n’approuvons pas ces méthodes, insiste Houria, mère d’une candidate au bac. Car tout est fait pendant ces cours.» Farida, elle, s’est même endettée pour payer les cours de sa fille l’année de son bac. «Tout le budget était versé aux cours privés», affirme-t-elle.

Magouilles

Les enseignants qui proposent des cours particuliers aux élèves qu’ils ont déjà en classe sont nombreux. Les cours ont lieu au domicile des élèves ou ailleurs. Une pratique «antipédagogique», selon les syndicats. Larbi Nouar, du Cnapest, préférerait, qu'au lieu d'interdire les cours, «plutôt trouver un cadre juridique». Idir Achour, du CLA, pense pour sa part qu'il faudrait «revoir les conditions sociales des enseignants». «Toutes ces magouilles, je les ai découvertes l’année passée lorsque mon fils aîné était inscrit à ces cours pour préparer son bac. Il n’a finalement pas eu la moyenne en mathématiques, alors que ses notes pendant l’année dépassaient 15/20. Cette année, il refera son bac sans cours, à l’exception de quelques cours de soutien qu’il prendra dans une école privée à quelques semaines des examens. Et c’est cet enseignant qu’il ne connaît pas qui l’aidera dans la préparation de l’examen», affirme Mouloud, pharmacien à Kouba.
«J’appelle les parents à boycotter cette pratique. C’est une pratique malsaine et où personne n’y trouve son compte. Les enfants qui suivent ces cours croient qu’ils sont bons et les autres mauvais. Ces derniers finiront par perdre confiance en eux», témoigne Hassnia, fonctionnaire et mère d’élève. Hadjira, dont le fils est en 5e année primaire, croit savoir que ce phénomène «est dû à la surcharge des programmes et au cafouillage des langues». «On ne sait plus quoi enseigner à nos enfants. On n’arrive pas à les suivre à la maison. On préfère alors les confier aux enseignants, plus professionnels et nous sommes obligés d’assumer ensuite nos choix.»
Faïza est fonctionnaire. Elle affirme avoir tenté de résister à la pression de sa fille qui lui répétait que «toutes ses copines» suivaient des cours à part elle. «Mais je n’ai pas tenu. Depuis le début de mois d’octobre, il y a la grève du Cnapest, même les enseignants en grève se sont mis à donner des cours privés     !»    
,                                                  ça arrondit les fins de mois 45000  
Entendu dans une classe d’un lycée d’Alger : «Vous pouvez vous inscrire dès aujourd’hui aux cours particuliers. La liste est sur le bureau.» L’annonce de ce professeur sonne comme une obligation. Si un élève ose dire non, l’enseignant se montre patient et quelques semaines plus tard, lui fait comprendre qu’il «assimile mal» et que «son niveau nécessite des cours particuliers». Avec les prix affichés, 15 élèves inscrits garantiront une rentrée d’argent de 45 000 DA par mois à l’enseignant. Une somme qui peut augmenter selon la matière et la réputation du professeur.
A l’approche des examens, les tarifs doublent. Mohamadia, 18h. Dans un garage sans fenêtre ni climatisation, des chaises qui tiennent à peine sont installées en rangs. Les élèves se précipitent pour prendre les meilleures places. Ils sont une vingtaine à être inscrits. Les retardataires sont appelés à s’asseoir en dernier, collés au grand portail du garage en fer rouillé. En hiver, pas question d’enlever les manteaux, les élèves placent même leur parapluie au-dessus de leur tête pour mieux se protéger des rafales de vent et des averses. En ce mois d’octobre, c’est la chaleur qui leur pose problème ainsi que l’obscurité, car les cours sont donnés au-delà de 17h.

Villa

D’après les témoignages des parents d’élèves, certains enseignants, à Staouéli, louent des locaux dans des centres de formation professionnelle, des centres commerciaux ou des garages de villa. Sans table. Les élèves posent leurs cahiers sur les genoux !  Depuis la grève lancée par le Cnapest, le 7 octobre, les parents en panique ont inscrit massivement leurs enfants en cours. Les enseignants ne sont pas les seuls à en donner. «C’est grâce à ces cours que j’ai pu régler mes dettes», témoigne sans tabou une pharmacienne qui a dispensé des cours pendant deux ans aux candidats au bac.

«Tous les jours, de 9h à 21h, je recevais chez mois des groupes d’élèves pour des cours de physique et de chimie. Mon mari, ancien professeur de français, donnait aussi des cours individuels. Nous avons pu régler les dettes de notre nouvel appartement et acheter un deuxième véhicule.» Noureddine, prof de français à Oran, se défend aussi : «Je n’ai aucun complexe. C’est grâce à ces cours que j’ai pu construire ma petite villa. Avec ma femme, nous arrivons à peine à survivre avec nos salaires d’enseignant.»

Il a dit

Que l’élève fasse la demande à son enseignant est compréhensible, mais que l’enseignant force ses élèves à se payer des cours particuliers chez lui, c’est inadmissible et contraire à l’éthique.

                                Abdelatif Baba Ahmed, ministre de l’Education nationale

L’actu :

Le ministère de l’Education nationale prépare un projet d’arrêté ministériel pour interdire les cours particuliers. Il a appelé les enseignants à remplacer ces cours par des cours de soutien gratuitement les mardis après-midi et les samedis ainsi que les autres jours à partir de 17h.


Nassima Oulebsir

معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى